Bio-Evolution

Rechercher un produit

Bordetella pertussis/parapertussis

Référence
BE-A993
Conditionnement
25 tests par kit
Acide Nucléique
ADN
Marquage CE
oui

 

Bordetella pertussis est l’agent responsable d’une des infections humaines les plus contagieuses connue sous le nom de coqueluche. L’infection à B. pertussis est associée à de violentes quintes de toux caractéristiques, un rétrécissement des voies respiratoires ainsi que des spasmes.

 

B. pertussis est un petit coccobacille aérobie GRAM-négatif, qui colonise les cils du nez et de la gorge des personnes infectées. Les toxines produites par B. pertussis paralysent les cils et conduisent à une inflammation du tractus respiratoire, interférant avec l’évacuation des sécrétions pulmonaires. Cette pathologie a été décrite pour la première fois au cours du 16è siècle. Elle était l’une des plus fréquentes et des plus sévères maladies infantiles aux USA, associée à une morbidité et une mortalité fortes avant l’introduction d’une vaccination efficace. L’incidence a nettement diminué avec la vaccination, mais a ré-augmenté progressivement depuis le début des années 1980. En France, entre 1996 et 2005, l’incidence moyenne chez les nourrissons de moins de 3 mois a été estimée à 276/100 000. Les populations les plus touchées sont les nourrissons non vaccinés, les adolescents et adultes qui ont perdu leur protection vaccinale ou naturelle. Une explication pour cette recrudescence pourrait être liée à la diminution de la couverture vaccinale ainsi qu’à l’adaptation de la bactérie B. pertussis à l’immunité induite par la vaccination.

 

Bordetella parapertussis est une bactérie dérivée de B. pertussis. L’infection causée par B. parapertussis provoque les mêmes symptômes que B. pertussis, mais a tendance à être moins sévère. B. parapertussis possède un antigène spécifique appelé Antigène-O, qui la protège des anticorps spécifiques pour B. pertussis. Ainsi l’infection à B. parapertussis est possible chez des sujets ayant déjà développé une immunité pour B. pertussis.

 

Le diagnostic direct de cette maladie s’effectue par culture sur milieux spécifiques (Bordet-Gengou ou Regan Lowe) uniquement durant les 2 premières semaines de l’infection. La sensibilité de la culture n’est que de 50%.

 

La PCR en Temps Réel est une solution plus rapide et plus sensible que la précédente, qui permet de déceler l’agent pathogène jusqu’à 3 semaines après le début de la toux. C’est actuellement le test de premier choix pour le diagnostic de la coqueluche. Au-delà de 3 semaines de toux, le diagnostic sérologique est une alternative pertinente à la PCR.